Mots-clefs

, , , , ,

Ou comment sortir du cercle vicieux de l’identitaire

Par Dr. Pamela CHRABIEH, Chercheure (CRCIPG,
 Université de Montréal) et Professeure (FPT-USEK Beyrouth)  

« Pense Libanais, Pense Laïc »

Où l’auteure propose une réflexion calme  sur la nécessité de concilier les libertés et choix individuels dans le cadre (collectif) des communautés. La « sphère » de l’individu et la « sphère » du groupe ne doivent pas se téléscoper mais au contraire et très concrètement, se compléter. Une lecture salutaire en ces temps (chroniquement!) tourmentés au Liban!

(Le texte ci-après a été d’abord publié dans le quotidien libanais l’Orient-le Jour, rubrique Opinions, les 22 et 23 mai 2014 en deux parties. J’ai  rajouté le sous-titre et les intertitres).

_______________

Les tenants de systèmes laïcs au Liban, nombreux avant 1975 mais n’ayant pas complètement disparu depuis, considèrent les composantes sociétales telles la tribu et la confession religieuse comme des obstacles au développement, à la modernité, à la démocratie, à l’État de droit. Il ne s’agit pas uniquement des marxistes et des procommunistes, mais également de penseurs dits «libéraux», influencés par la Révolution française, la IIIe République, Max Weber et la question de la «rationalisation des sociétés traditionnelles», Auguste Comte, Émile Durkheim… Et de «nouveaux partis et groupes de gauche, alternatifs ou indépendants» qui adoptent d’autres formes et lieux de production et de promotion, des modes inédits de participation à la vie politique, regroupant notamment de jeunes universitaires, journalistes, intellectuels(lles), activistes, artistes, blogueurs(ses), etc.

Pour les partisans de ces systèmes laïcs, la structuration communautaire de la société libanaise et de l’État est archaïque, elle est un vestige des époques ottomane et mandataire. Ils prônent donc la séparation nette entre politique et religion – ou une laïcité «à la française», «fermée».

La récente polémique concernant le mariage civil au Liban pose les questions suivantes, à élucider: «Pour ou contre le mariage civil au Liban?», «Mariage civil obligatoire ou facultatif?», etc. Elle devrait nous inciter, nous autres Libanais et Libanaises, à soulever les problèmes épistémologiques des points de vue de l’histoire et de l’analyse sociopolitique de notre pays.

L’absence de rigueur intellectuelle se traduit en effet par l’abus de concepts et de notions identitaires exclusivistes, stimulé par une conjoncture favorable, appauvrissant dangereusement l’univers culturel des Libanais qui bascule dans l’identitaire exclusif et hégémonique de type confessionnel.

L’analyse historique et ou sociopolitique devient dans ce cas une œuvre de combat, tantôt par l’adoption d’une grille de lecture forgée par le néo-orientalisme occidental et, d’autres fois, de celle clamée par différents groupes fondamentalistes; ces lectures considèrent par exemple que l’identité collective de la société libanaise est et restera dans l’état d’involution qui est le sien, et que les idéologies de type confessionnel continueront de dominer la production et la consommation d’idéologie.

Concilier les libertés d’individu et de citoyen et les appartenances collectives

Afin de sortir du cercle vicieux identitaire qui accrédite ces thèses absolutistes et simplistes, il est nécessaire de dégager un langage historique et socio-politique cohérent. La cohérence n’implique pas nécessairement le développement d’un langage, d’une praxis et d’une mentalité strictement «profanes» mais de trouver une voie médiane, médiatrice, entre la diversité des discours et identités présents au Liban et la conciliation entre libertés individuelles et appartenances communautaires.

À mon avis, cette conciliation est possible dans le cadre d’une gestion des diversités regroupant deux cadres d’organisation qui se basent sur une conception de l’humain ne pouvant se reconnaître qu’à travers une multiplicité de variantes:

1 – le premier cadre doit donner au citoyen – quelles que soient ses appartenances – la possibilité de l’action individuelle directe et faire de lui un partenaire du pouvoir. Il devrait par exemple lui permettre d’adhérer à une législation civile unificatrice du statut personnel.

2 – le deuxième cadre doit permettre aux différentes communautés de sauvegarder l’entente et l’harmonie du tissu social et l’unité du pays et de la société. Non pas dans le but n’est pas de supprimer par exemple les tribunaux religieux, mais d’ouvrir la possibilité de l’implantation de tribunaux civils.

L’objectif n’est donc pas d’évoquer le danger du confessionnalisme pour prêcher les vertus de l’individualisme, ni les effets néfastes de ce dernier donnant lieu à la survalorisation des identités collectives confessionnelles. Il ne s’agit pas d’opposer le souci de réalisation de soi et de l’humanité à l’engagement religieux; au contraire, les deux sont complémentaires et vont dans un même sens: faire le bien, améliorer sa vie et celle des autres, et libérer les hommes de ce qui les aliène. On combine donc deux principes qui doivent être également protégés: l’autonomie individuelle –
et non l’atomisation de l’individu qui se traduit par une absence de mise à distance de soi par rapport aux autres et au monde, voire par une absence d’esprit critique – et la «sphère collective» – religieuse officielle, religieuse non officielle et non religieuse.

Il ne s’agit donc pas de privilégier le développement de l’individu privé au détriment du citoyen. Mais sans la liberté individuelle ou l’autonomie, l’idée de citoyen ne peut être conçue. 

Une Oumma sécularisée?

Dans cette perspective, une relecture du concept de la Oumma s’avère aussi importante, surtout si l’on considère qu’il en existe une diversité d’emplois et de sens. Ainsi, outre la définition dominante qui la qualifie d’un groupe d’hommes et de femmes qui se lient et s’accordent par le choix d’une religion, de l’unité de la foi et se traduit dans les faits par une unité sociopolitique – l’identité islamique est l’axe fondamental autour duquel se constitue le groupe –,
une autre ne la lie pas à la religion : par exemple, selon Fârâbi, elle est un « groupement d’hommes dans un territoire déterminé ». Il s’agit donc d’une forme de sécularisation de la oumma, d’une vision que l’on pourrait qualifier de pragmatique, où l’on s’accorde par exemple sur les critères suivants : intérêt commun, crainte, affinité, contrat, similitude de qualités naturelles, communauté de langue…

Cette relecture du concept de la communauté démontre qu’il est possible aux théologies islamiques au Liban – et aussi chrétiennes – de concilier une vision théologique de l’homme-sujet de Dieu et une vision juridico-politique octroyant à l’homme la responsabilité de ses choix et de ses actes. De la sorte se dessinerait du moins une possibilité de dépasser la définition de la religion réduite à une dimension confessionnelle. Les Libanais auraient donc la possibilité de s’insérer pleinement – ou de choisir le degré d’insertion le cas échéant – dans une communauté et de remettre en cause sa structure normative et institutionnelle, et de jouir des mêmes droits et responsabilités : droit à la différence, c’est-à-dire à s’unir aux autres grâce à ce qui sépare aussi, et droit à l’égalité, c’est-à-dire à s’accepter mutuellement sans être différenciés dans la lutte contre l’injustice.

L’identité au carrefour d’appartenances multiples et emboîtées, pour une laïcité « ouverte »

L’identité libanaise devrait être une identité non compartimentée, non exclusive, ouverte ; une identité qui se construit à travers des tissages et retissages de divers « moi » et l’« autre », au carrefour de plusieurs appartenances qui s’enrichissent mutuellement ; carrefour dont l’appartenance confessionnelle ne saurait prétendre sortir intacte. En ce sens, il ne tient qu’aux instances religieuses d’entrer dans ce jeu à plusieurs ou de s’enfermer dans un isolement sclérosé, sclérosant.

Penser une nouvelle gestion sociopolitique au Liban implique que l’on tienne compte du fait que les Libanais ne peuvent rester sur un curriculum confessionnaliste et basé sur une seule religion, ni sans aucune référence religieuse. Une gestion médiatrice ou celle de la laïcité « ouverte » serait de prolonger l’itinéraire humain à voies (voix) multiples, de trouver une voie médiatrice entre le confessionnel et l’a-confessionnel, une voie rejoignant en quelque sorte deux visions réputées irréconciliables, en tenant compte du flou de leurs frontières, de leurs zones grises, de grilles plus complexifiées, des silences (impensés, impensables, non-dits), de cet autre encore à advenir et qui nous échappe.

Publicités