Mots-clefs

, , , ,

#oneloveonehope

#sorryforyoutoo

 

« Je suis porté par elle. Les terroristes n’ont pas tué l’essentiel de ce qu’était ma femme. On ne peut pas tuer l’amour. On ne peut pas tuer les valeurs essentielles de la vie » : l’homme qui s’exprime est Eddy Vansteeenkiste, il a perdu sa femme, sa vie à l’aéroport de Bruxelles.

Ce mardi 22 mars à Bruxelles (Belgique): plus de 50 personnes ont été tuées par des attentats-suicides.

Vendredi 25 mars à Baghdad (Irak): plus de 30 jeunes ont été tués par un attentat-suicide.

Samedi 26 mars: plus de 80 villageois ont été massacrés au nord-est du Nigeria.

Dimanche 27 mars à Lahore (Pakistan): des dizaines d’enfants ont été tués dans un parc d’attraction par un acte abject, un attentat-suicide.

Tels sont les principaux « événements » de cette semaine sanglante avec son décompte macabre où les chiffres ne parviennent plus à nous toucher; et je n’ai pas cité la Syrie, le Yémen, la Palestine… Quand les morts sont « peu nombreux », les agences de presse relaient à peine l’information. Trop-plein général, trop-plein universel d’horreurs…

Nos esprits sont devenus comme sélectifs, s’éloignant spontanément des informations rouge sang. Je ne critique pas, pour ma part, ce réflexe qui est devenu un réflexe de protection plus que d’indifférence à la douleur des autres. Nous sommes véritablement assaillis d’informations à la seconde près et nous devons apprendre à nous en protéger: filtrer l’information, réagir, s’émouvoir sont devenus des actes quotidiens éprouvants.

Où se trouve la décence de l’être humain? En appeler à la conscience de ceux qui exécutent ces actes abjects est inutile; ils sont déshumanisés. Drogués? Décérébrés? Hypnotisés? Je ne sais pas.

Je sais que j’ai de la peine à vivre, quelquefois. Comment porter le fardeau de cette époque en toute conscience ? Comment ne pas le porter?

Espoir, en découvrant cette image magnifique sur l’amour et la solidarité entre les peuples et citoyens du monde. Il nous reste l’espoir.

Reconstruire ensemble un monde vivable.

(source de l’image: page Facebook de Saoussen Ben Cheikh)

 

Publicités